jeudi 27 novembre 2008

mercredi 5 novembre 2008

"Une"DesJournauxAméricains...

Obama Obama

Obama Obama

Obama Obama

Obama Obama

Obama Obama

04/11/2008,10H15pm,Phoenix,AZ,USA...




Thank you. Thank you, my friends. Thank you for coming here on this beautiful Arizona evening.

My friends, we have -- we have come to the end of a long journey. The American people have spoken, and they have spoken clearly. A little while ago, I had the honor of calling Senator Barack Obama to congratulate him on being elected the next president of the country that we both love.

In a contest as long and difficult as this campaign has been, his success alone commands my respect for his ability and perseverance. But that he managed to do so by inspiring the hopes of so many millions of Americans who had once wrongly believed that they had little at stake or little influence in the election of an American president is something I deeply admire and commend him for achieving.

This is an historic election, and I recognize the special significance it has for African-Americans and for the special pride that must be theirs tonight.

I've always believed that America offers opportunities to all who have the industry and will to seize it. Senator Obama believes that, too. But we both recognize that though we have come a long way from the old injustices that once stained our nation's reputation and denied some Americans the full blessings of American citizenship, the memory of them still had the power to wound.

A century ago, President Theodore Roosevelt's invitation of Booker T. Washington to dine at the White House was taken as an outrage in many quarters. America today is a world away from the cruel and prideful bigotry of that time. There is no better evidence of this than the election of an African American to the presidency of the United States. Let there be no reason now for any American to fail to cherish their citizenship in this, the greatest nation on Earth.

Senator Obama has achieved a great thing for himself and for his country. I applaud him for it, and offer in my sincere sympathy that his beloved grandmother did not live to see this day, though our faith assures us she is at rest in the presence of her creator and so very proud of the good man she helped raise.

Senator Obama and I have had and argued our differences, and he has prevailed. No doubt many of those differences remain. These are difficult times for our country, and I pledge to him tonight to do all in my power to help him lead us through the many challenges we face.

I urge all Americans who supported me to join me in not just congratulating him, but offering our next president our good will and earnest effort to find ways to come together, to find the necessary compromises, to bridge our differences, and help restore our prosperity, defend our security in a dangerous world, and leave our children and grandchildren a stronger, better country than we inherited.

Whatever our differences, we are fellow Americans. And please believe me when I say no association has ever meant more to me than that.

It is natural tonight to feel some disappointment, but tomorrow we must move beyond it and work together to get our country moving again. We fought as hard as we could.

And though we fell short, the failure is mine, not yours.

I am so deeply grateful to all of you for the great honor of your support and for all you have done for me. I wish the outcome had been different, my friends. The road was a difficult one from the outset. But your support and friendship never wavered. I cannot adequately express how deeply indebted I am to you.

I am especially grateful to my wife, Cindy, my children, my dear mother and all my family and to the many old and dear friends who have stood by my side through the many ups and downs of this long campaign. I have always been a fortunate man, and never more so for the love and encouragement you have given me.

You know, campaigns are often harder on a candidate's family than on the candidate, and that's been true in this campaign. All I can offer in compensation is my love and gratitude, and the promise of more peaceful years ahead.

I am also, of course, very thankful to Governor Sarah Palin, one of the best campaigners I have ever seen and an impressive new voice in our party for reform and the principles that have always been our greatest strength. Her husband Todd and their five beautiful children with their tireless dedication to our cause, and the courage and grace they showed in the rough-and-tumble of a presidential campaign. We can all look forward with great interest to her future service to Alaska, the Republican Party and our country.

To all my campaign comrades, from Rick Davis and Steve Schmidt and Mark Salter, to every last volunteer who fought so hard and valiantly month after month in what at times seemed to be the most challenged campaign in modern times, thank you so much. A lost election will never mean more to me than the privilege of your faith and friendship.

I don't know what more we could have done to try to win this election. I'll leave that to others to determine. Every candidate makes mistakes, and I'm sure I made my share of them. But I won't spend a moment of the future regretting what might have been.

This campaign was and will remain the great honor of my life. And my heart is filled with nothing but gratitude for the experience and to the American people for giving me a fair hearing before deciding that Senator Obama and my old friend Senator Joe Biden should have the honor of leading us for the next four years.

I would not be an American worthy of the name, should I regret a fate that has allowed me the extraordinary privilege of serving this country for a half a century. Today, I was a candidate for the highest office in the country I love so much. And tonight, I remain her servant. That is blessing enough for anyone and I thank the people of Arizona for it.

Tonight, more than any night, I hold in my heart nothing but love for this country and for all its citizens, whether they supported me or Senator Obama, I wish Godspeed to the man who was my former opponent and will be my president.

And I call on all Americans, as I have often in this campaign, to not despair of our present difficulties but to believe always in the promise and greatness of America, because nothing is inevitable here.

Americans never quit. We never surrender. We never hide from history, we make history.

Thank you, and God bless you, and God bless America. Thank you all very much.

04/11/2008,11Hpm,Harlem,NewYork,NY,USA...

04/11/2008,11Hpm,GrantPark,Chicago,IL,USA...


Hello, Chicago.

If there is anyone out there who still doubts that America is a place where all things are possible, who still wonders if the dream of our founders is alive in our time, who still questions the power of our democracy, tonight is your answer.

It's the answer told by lines that stretched around schools and churches in numbers this nation has never seen, by people who waited three hours and four hours, many for the first time in their lives, because they believed that this time must be different, that their voices could be that difference.

It's the answer spoken by young and old, rich and poor, Democrat and Republican, black, white, Hispanic, Asian, Native American, gay, straight, disabled and not disabled. Americans who sent a message to the world that we have never been just a collection of individuals or a collection of red states and blue states.

We are, and always will be, the United States of America.

It's the answer that led those who've been told for so long by so many to be cynical and fearful and doubtful about what we can achieve to put their hands on the arc of history and bend it once more toward the hope of a better day.

It's been a long time coming, but tonight, because of what we did on this date in this election at this defining moment change has come to America.

A little bit earlier this evening, I received an extraordinarily gracious call from Senator McCain.

Senator McCain fought long and hard in this campaign. And he's fought even longer and harder for the country that he loves. He has endured sacrifices for America that most of us cannot begin to imagine. We are better off for the service rendered by this brave and selfless leader.

I congratulate him; I congratulate Governor Palin for all that they've achieved. And I look forward to working with them to renew this nation's promise in the months ahead.

I want to thank my partner in this journey, a man who campaigned from his heart, and spoke for the men and women he grew up with on the streets of Scranton and rode with on the train home to Delaware, the vice president-elect of the United States, Joe Biden.

And I would not be standing here tonight without the unyielding support of my best friend for the last 16 years the rock of our family, the love of my life, the nation's next first lady Michelle Obama.

Sasha and Malia I love you both more than you can imagine. And you have earned the new puppy that's coming with us to the new White House.

And while she's no longer with us, I know my grandmother's watching, along with the family that made me who I am. I miss them tonight. I know that my debt to them is beyond measure.

To my sister Maya, my sister Alma, all my other brothers and sisters, thank you so much for all the support that you've given me. I am grateful to them.

And to my campaign manager, David Plouffe the unsung hero of this campaign, who built the best political campaign, I think, in the history of the United States of America.

To my chief strategist David Axelrod who's been a partner with me every step of the way. To the best campaign team ever assembled in the history of politics you made this happen, and I am forever grateful for what you've sacrificed to get it done. But above all, I will never forget who this victory truly belongs to. It belongs to you. It belongs to you.

I was never the likeliest candidate for this office. We didn't start with much money or many endorsements. Our campaign was not hatched in the halls of Washington. It began in the backyards of Des Moines and the living rooms of Concord and the front porches of Charleston. It was built by working men and women who dug into what little savings they had to give $5 and $10 and $20 to the cause.

It grew strength from the young people who rejected the myth of their generation's apathy who left their homes and their families for jobs that offered little pay and less sleep.

It drew strength from the not-so-young people who braved the bitter cold and scorching heat to knock on doors of perfect strangers, and from the millions of Americans who volunteered and organized and proved that more than two centuries later a government of the people, by the people, and for the people has not perished from the Earth.

This is your victory.

And I know you didn't do this just to win an election. And I know you didn't do it for me.

You did it because you understand the enormity of the task that lies ahead. For even as we celebrate tonight, we know the challenges that tomorrow will bring are the greatest of our lifetime -- two wars, a planet in peril, the worst financial crisis in a century.

Even as we stand here tonight, we know there are brave Americans waking up in the deserts of Iraq and the mountains of Afghanistan to risk their lives for us.

There are mothers and fathers who will lie awake after the children fall asleep and wonder how they'll make the mortgage or pay their doctors' bills or save enough for their child's college education.

There's new energy to harness, new jobs to be created, new schools to build, and threats to meet, alliances to repair.

The road ahead will be long. Our climb will be steep. We may not get there in one year or even in one term. But, America, I have never been more hopeful than I am tonight that we will get there.

I promise you, we as a people will get there.

There will be setbacks and false starts. There are many who won't agree with every decision or policy I make as president. And we know the government can't solve every problem.

But I will always be honest with you about the challenges we face. I will listen to you, especially when we disagree. And, above all, I will ask you to join in the work of remaking this nation, the only way it's been done in America for 221 years -- block by block, brick by brick, calloused hand by calloused hand.

What began 21 months ago in the depths of winter cannot end on this autumn night.

This victory alone is not the change we seek. It is only the chance for us to make that change. And that cannot happen if we go back to the way things were.

It can't happen without you, without a new spirit of service, a new spirit of sacrifice.

So let us summon a new spirit of patriotism, of responsibility, where each of us resolves to pitch in and work harder and look after not only ourselves but each other.

Let us remember that, if this financial crisis taught us anything, it's that we cannot have a thriving Wall Street while Main Street suffers.

In this country, we rise or fall as one nation, as one people. Let's resist the temptation to fall back on the same partisanship and pettiness and immaturity that has poisoned our politics for so long.

Let's remember that it was a man from this state who first carried the banner of the Republican Party to the White House, a party founded on the values of self-reliance and individual liberty and national unity.

Those are values that we all share. And while the Democratic Party has won a great victory tonight, we do so with a measure of humility and determination to heal the divides that have held back our progress.

As Lincoln said to a nation far more divided than ours, we are not enemies but friends. Though passion may have strained, it must not break our bonds of affection.

And to those Americans whose support I have yet to earn, I may not have won your vote tonight, but I hear your voices. I need your help. And I will be your president, too.

And to all those watching tonight from beyond our shores, from parliaments and palaces, to those who are huddled around radios in the forgotten corners of the world, our stories are singular, but our destiny is shared, and a new dawn of American leadership is at hand.

To those -- to those who would tear the world down: We will defeat you. To those who seek peace and security: We support you. And to all those who have wondered if America's beacon still burns as bright: Tonight we proved once more that the true strength of our nation comes not from the might of our arms or the scale of our wealth, but from the enduring power of our ideals: democracy, liberty, opportunity and unyielding hope.

That's the true genius of America: that America can change. Our union can be perfected. What we've already achieved gives us hope for what we can and must achieve tomorrow.

This election had many firsts and many stories that will be told for generations. But one that's on my mind tonight's about a woman who cast her ballot in Atlanta. She's a lot like the millions of others who stood in line to make their voice heard in this election except for one thing: Ann Nixon Cooper is 106 years old.

She was born just a generation past slavery; a time when there were no cars on the road or planes in the sky; when someone like her couldn't vote for two reasons -- because she was a woman and because of the color of her skin.

And tonight, I think about all that she's seen throughout her century in America -- the heartache and the hope; the struggle and the progress; the times we were told that we can't, and the people who pressed on with that American creed: Yes we can.

At a time when women's voices were silenced and their hopes dismissed, she lived to see them stand up and speak out and reach for the ballot. Yes we can.

When there was despair in the dust bowl and depression across the land, she saw a nation conquer fear itself with a New Deal, new jobs, a new sense of common purpose. Yes we can.

When the bombs fell on our harbor and tyranny threatened the world, she was there to witness a generation rise to greatness and a democracy was saved. Yes we can.

She was there for the buses in Montgomery, the hoses in Birmingham, a bridge in Selma, and a preacher from Atlanta who told a people that "We Shall Overcome." Yes we can.

A man touched down on the moon, a wall came down in Berlin, a world was connected by our own science and imagination.

And this year, in this election, she touched her finger to a screen, and cast her vote, because after 106 years in America, through the best of times and the darkest of hours, she knows how America can change.

Yes we can.

America, we have come so far. We have seen so much. But there is so much more to do. So tonight, let us ask ourselves -- if our children should live to see the next century; if my daughters should be so lucky to live as long as Ann Nixon Cooper, what change will they see?

What progress will we have made?

This is our chance to answer that call. This is our moment.

This is our time, to put our people back to work and open doors of opportunity for our kids; to restore prosperity and promote the cause of peace; to reclaim the American dream and reaffirm that fundamental truth, that, out of many, we are one; that while we breathe, we hope. And where we are met with cynicism and doubts and those who tell us that we can't, we will respond with that timeless creed that sums up the spirit of a people: Yes, we can.

Thank you. God bless you. And may God bless the United States of America.

04/11/2008,10HpmTimeSquare,NewYork,NY,USA...

mardi 4 novembre 2008

"TheySaidItWasImpossible..."

Alors là, ils me trouent le c.. les Étasuniens...
Ça doit être le premier Chef d'État d'un pays "occidental" à ne pas être totalement blanc...

ElephantVsAne...

TimeForAChange...

Sarkozy,StarTéléAuxEtats-Unis ...

Présider la France ? Un bon job mais peut mieux faire.

L'Union Européenne ? Pas mal mais ça ne durera qu'un temps.

Tout ça ne vaut pas la fonction suprême :

vedette de série télé culte américaine.

Une promotion que Nicolas Sarkozy a de bonnes chances d'obtenir :

sa célèbre escapade à Disneyland Paris avec Carla a fait l'objet d'une blague dans la série à succès Gossip Girl.

Ça, ça en jette!



lundi 13 octobre 2008

DieuDansLaCampagneAméricaine


Dieu, dans la campagne américaineAux Etats-Unis, les gens sont très croyants, voire très pratiquants. C’est pourquoi, les candidats à l’élection présidentielle ont cru bon d’afficher leur appartenance à la religion chrétienne ; on a ainsi pu voir Hillary Clinton prier publiquement ou entendre Barak Obama raconter sa conversion. Pour séduire leurs électeurs, les candidats se plient à cette règle en affirmant être chrétiens et en oubliant qu’ils appartiennent à un pays laïc, préférant s’occuper des votes évangéliques.

Aux Etats-Unis, un politique doit montrer son appartenance à la communauté chrétienne

Les candidats à la présidentielle américaine obéissent à une tradition qui dure depuis des générations : celle de montrer ostensiblement son appartenance à la communauté chrétienne. Ainsi, au XVIIIème siècle, le père de la nation américaine, George Washington a osé prêter serment sur la Bible contrairement à ce que prévoit la Constitution. Dès le début, les Etats-Unis ont un rapport très fort avec la religion même si la laïcité est un principe reconnu dans le pays. Dans l’histoire du pays, des présidents au XIXème siècle, comme Thomas Jefferson ou James Madison, ont défendu les valeurs républicaines et laïques en rejetant la religion dans la sphère privée.
Toutefois, si des présidents de la République se sont battus pour la laïcité, on assiste aujourd’hui à un retour aux valeurs religieuses. Ainsi, du côté de la droite républicaine, certains aimeraient qu’il soit précisé dans la Constitution que la nation américaine est chrétienne et que Dieu a donc sa place dans le fonctionnement des Etats-Unis.


Quand les républicains évoquent les « principes divins »

Au cours des primaires républicaines, le candidat et pasteur, Mike Huckabee a déclaré vouloir que la religion soit clairement mise en avant dans la Constitution des Etats-Unis. Son programme portait sur trois thèmes : la famille, la paix et la liberté. Il se battait contre l’homosexualité qu’il assimile à un crime et souhaitait inscrire la définition du mariage dans la Constitution car s’il n’est pas possible selon lui d’amender un texte biblique, il est possible en revanche d’amender la Constitution. Ces propos ont évidemment scandalisé les libéraux qui, de leur côté, demandent une stricte séparation de l’Eglise et de l’Etat. Mike Huckabee avait également exprimé le souhait que l’on interdise l’avortement puisqu’un tel acte ne correspond pas aux « principes divins ».


Les suffrages des évangéliques, objet de toutes les convoitises

Pourtant, si tous les candidats ont tour à tour fait un acte ou une déclaration sur la religion, ce thème n’a d’importance que dans la première partie de l’élection présidentielle, comme une entrée en matière. En réalité, il n’y aura que dans certains Etats du Sud qui resteront sensibles au sujet. Même si les candidats républicains défendent l’église évangélique, ils savent que leurs électeurs, dans les autres Etats, s’attachent aux problèmes économiques et sociaux. D’ailleurs, les évangéliques ne partagent pas tous le même point de vue quant à la religion et à la société qu’ils imaginent. Certains souhaitent que les candidats abordent des problèmes sociaux, environnementaux tandis que les plus radicaux restent sur des questions liées à la famille ou à la pratique religieuse. Pour séduire les électeurs du Sud, comme sont parvenus à le faire Bush père et fils, les candidats à l’élection présidentielle doivent valoriser la religion et la famille. George W Bush avait en effet obtenu 78 % des suffrages des évangéliques blancs et 61 % des suffrages des pratiquants. C’est grâce à ces voix qu’il a donc réussi à gagner les élections.


Un vote religieux moins déterminant qu’auparavant

Mais, plus on s’éloigne des Etats du Sud, moins les thèmes religieux n’ont d’importance et passent au second plan. Ainsi, Mike Huckabee est arrivé largement en tête dans le Sud des Etats-Unis, devant Mitt Romney, Fred Dalton Thompson, John McCain, Ron Paul, Rudolph Giuliani et Duncan Hunter. Mais il a échoué lors du caucus suivant et est arrivé en deuxième position derrière John McCain en Caroline du Sud. Les Américains sont certes croyants mais ils rejettent majoritairement les fanatiques. Des candidats comme Huckabee peuvent séduire certains électeurs extrêmement pieux mais pas l’ensemble des Américains qui préfèrent des positionnements modérés comme celui de John McCain.
Force est de constater que les mentalités ont évolué : il semblerait que les Américains consacrent moins de temps à la pratique religieuse et soient moins nombreux à le faire. Selon une enquête du Pew Research Center publiée en mars dernier, 45 % des Américains affirment que la prière est un moment important de leur vie mais ils étaient 52% à le penser en 2001. Enfin, près de 20% des jeunes affirment être sans religion ou athées.

http://www.politique.net

dimanche 12 octobre 2008

12 octobre 1492


Eh oui, c'est un 12 octobre que Christophe Colomb a découvert l'Amérique. Bon, accessoirement c'est aussi mon anniversaire et celui de Sandrine, ma jumelle!
Allez, bon anniversaire ma petite soeur.

dimanche 5 octobre 2008

Geaux Cajuns!!!


Quand je serai grande je serai cheerleader...

Debout!!!


Nan je veux pas faire dodo...



lundi 22 septembre 2008

Obama/McCain:LaBatailleElectoraleSeDéplaceSurLeTerrainEconomique...


Obama et McCainLa bataille pour la Maison Blanche se poursuit aux Etats-Unis entre Barack Obama et John McCain. L’économie est revenue au centre des débats après le nouvel épisode de la crise financière qui handicape l’économie américaine depuis plus d’un an. Sur le terrain économique, les deux candidats sont aux antipodes : l’un étant très à gauche, l’autre plus conservateur et libéral. Face à ces différentes propositions avancées, les Américains affichent un favori : McCain, plus compétent selon eux, dans le domaine économique et les stratégies pour sortir de la crise qui touche de plein fouet les Etats-Unis. Depuis près d’un an, le pays s’enfonce dans la crise : effondrement du marché de l’immobilier, crise financière sans précédent avec des faillites à répétition, chute de la valeur du dollar et chute de la consommation. Face à cette crise, quel est le programme des deux candidats ?


Crise immobilière : John McCain rejoint Barack Obama

Face à la crise du logement qui touche en particulier les classes les moins favorisées du pays, au point que de nombreuses familles se sont retrouvées à la rue, ne pouvant plus assumer leurs remboursements, les deux candidats préconisent les mêmes remèdes. Barack Obama souhaite faciliter la conversion des prêts à taux variables en taux fixes. En effet, à cause de la crise immobilière, le taux ne cesse de varier et certains se retrouvent à rembourser des emprunts bien supérieurs au prix initial. Le candidat démocrate propose également de créer un fonds spécial pour éviter les saisies de logements en cours de remboursement.
Alors que le candidat républicain était opposé à toute intervention de l’Etat dans l’aide aux victimes des prêts à taux variables, celui-ci semble avoir changé d’avis. John McCain souhaiterait donc établir un plan favorisant la renégociation de ces emprunts trop risqués. Dans ce domaine, les deux candidats n’ont donc pas des positions très différentes étant donné la crise terrible que traverse l’immobilier.


La crise énergétique passe avant la protection de l’environnement

Depuis plusieurs mois, les Etats-Unis comme les autres pays, connaissent une crise pétrolière sans précédent, ce qui soulève de nombreux problèmes quant aux solutions à apporter. En effet, dans une logique de protection de l’environnement, les candidats pourraient se réjouir de cette hausse du prix du pétrole entrainant une économie certaine des consommateurs contraints de limiter leur achat d’essence. Ce fut le cas du sénateur John McCain, soucieux des problèmes écologiques, qui a plusieurs fois voté contre la levée du moratoire sur les forages en mer depuis 1981. Il a dû changer de position durant la campagne électorale pour différentes raisons : d’abord parce que ses électeurs souffrent de l’augmentation du prix de l’essence. Ensuite, les entreprises pétrolières, face à ce revirement d’opinion, ont accepté de soutenir financièrement sa campagne. Enfin, Sarah Palin, sa colistière, est favorable à l’exploitation du pétrole en mer, y compris en Alaska.
Barack Obama se montre également attentif à la protection de l’environnement mais doit faire face, comme son adversaire, à la réalité de la crise pétrolière qui inquiète fortement les Américains. Dans un premier temps, le candidat démocrate s’est montré catégoriquement opposé à l’exploitation des forages en mer car selon lui, non seulement cela pollue énormément mais surtout, cela n’est guère productif dans l’immédiat. Il propose donc des solutions intermédiaires aux consommateurs pour économiser l’énergie. Mais face à la hausse du prix du pétrole, il a fini par accepter l’exploitation de certains forages, en cas d’extrême nécessité.
Encore une fois, les deux candidats ont dû changer de position afin de satisfaire leur électorat et trouver des solutions à court terme pour tenter de relancer l’économie.


La relance économique : plus d’Etat ou moins d’impôts

Pour enrayer la crise économique, les deux candidats ont des stratégies très différentes : c’est avec ce dossier qu’ils se distinguent réellement l’un de l’autre. Tandis que Barack Obama souhaite que l’Etat intervienne dans de nombreux domaines et mettent en place de nouvelles taxes, John McCain au contraire souhaite alléger les dépenses de l’Etat et libéraliser davantage l’économie du pays.
Selon le candidat républicain, pour redonner du pouvoir d'achat aux Américains, il faut baisser les impôts. De même que pour relancer l’économie, il faut baisser les taxes des entreprises. Ainsi, il compte diminuer de 10% le taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés en le faisant passer de 35 à 25%.
De son côté, Barack Obama veut encourager les entreprises qui créent du travail aux Etats-Unis. Ainsi, s’il compte supprimer complètement les réductions d’impôts pour les sociétés qui délocalisent, il veut réduire de 95% les impôts des foyers qui travaillent ainsi que les entreprises qui créent des emplois aux Etats-Unis ou qui comptent en créer. Alors que John McCain propose de baisser les impôts sur les contribuables les plus privilégiés (ceux qui gagnent plus de 250 000 dollars par mois), son adversaire au contraire souhaite aider les moins favorisés en réduisant les impôts des classes populaires et moyennes. Les retraités percevant moins de 50 000 dollars par an seraient exonérés d’impôt.


Budget fédéral : réduire le déficit ou créer un système de soins plus solidaire

La fiscalité n’est pas le seul point de friction entre les deux candidats. La question du déficit public oppose également les deux hommes. Pour équilibrer le budget (dont le déficit actuel de 490 milliards de dollars) et faire des économies, le candidat républicain prévoit de diminuer les dépenses fédérales. Ainsi, il souhaite que l’Etat diminue son train de vie, à savoir prête moins facilement d’argent pour les dépenses publiques. Il pense donc réduire les aides concernant la santé ou le chômage. En matière de santé, John McCain souhaite conserver le système actuel permettant à chacun de choisir sa couverture sociale en favorisant la concurrence.
Avec l’argent récupéré des taxes et des impôts, Barack Obama souhaite instaurer une couverture sociale accessible à tous et garantir une assurance-maladie à tous les enfants. L’objectif à terme est de créer un système de couverture maladie universelle qui obligerait les patrons à cotiser pour leurs salariés. En revanche, le candidat démocrate aborde rarement le problème du déficit et préfère mettre en avant l’idée d’un Etat plus interventionniste.

(http://www.politique.net/)

jeudi 18 septembre 2008

ChroniquesD'UnRacismeOrdinaire...

A ceux qui pensent que les préjugés sur les Noirs ne sont plus d’actualité, ces petites vidéos expliquent l'inverse.
De petits gestes du quotidien, dans l'ascenseur, en voiture, etc, qui trahissent le racisme "discret" de la vie de tous les jours...
Ces vidéos, qui s'appellent "Now you know", ont été réalisées par "Reckless Tortuga", un collectif de jeunes acteurs de Los Angeles.

Dans l'ascenseur...

Traduction (approximative): "Bonjour, toutes les 45 secondes, un Noir entre dans un ascenseur et une stupide fille blanche s'accroche à son sac à mains comme à sa vie. Maintenant vous pourriez croire que nous ne le remarquons pas. Vous avez tort. Alors que vous croyez vous protéger vous-même, en vérité vous êtes en train de provoquer une attaque sauvage. Cela me donne envie d'arracher votre sac à mains violemment et vous botter vos fesses de raciste. Pourtant cela ne va pas arriver. Mais je vais vous dire ce que je vais faire..., idiote''

En voiture...

Pour les non-anglophones, le narrateur rappelle que cette mésaventure lui est arrivé trois fois en une semaine, alors qu'il est tranquillement en train de savourer son café du matin au volant. Il regrette que la conductrice pense qu'il peut avoir un pistolet...

Source : www.lepost.fr

mercredi 17 septembre 2008

LERégime...

IKE...

From orbit...


Aftermath (Conséquences)
Ils ont morflés au Texas...

lundi 15 septembre 2008

Fear=Gun


Mais on peut toujours espérer :

STOP THE BULLETS, KILL THE GUN...

dimanche 14 septembre 2008

QuelEstLeRôleDuVice-PrésidentAuxEtats-Unis???

Vice président des Etats-UnisBarack Obama et John McCain ont choisi leur colistier. Le candidat démocrate, qu’on accuse souvent d’être inexpérimenté, a choisi Joe Biden, sénateur d’expérience, élu depuis 35 ans. Le candidat républicain, dont l’âge et le conservatisme handicapent son discours sur la nécessité du changement en politique, a choisi Sarah Palin, sénatrice de l’Alaska et nouvelle star des médias depuis sa nomination. Si l’un ou l’autre des candidats l’emporte, le colistier deviendra alors vice-président des Etats-Unis d’Amérique. Mais à quoi sert un vice-président ? Comment est-il choisi ? Quel est l’impact de ces nominations à deux mois de l’élection présidentielle ?

La fonction de vice-président, définie par la Constitution

Le vice-président a un rôle extrêmement réduit : il n’a pas de rôle exécutif, il n’est que le président ex officio du Sénat, c’est-à-dire qu’il préside le Sénat. Son rôle se limite au domaine de la procédure judiciaire. Parfois, le Président des Etats-Unis peut attribuer au vice-président davantage de fonctions, mais cela n’est pas inscrit dans la Constitution. Il n’est qu’un simple agent du Président, exécutant des missions pour son compte. En cas d’égalité entre les partis au Sénat, le vice-président a tout de même un rôle à jouer pour éviter le blocage de la Chambre haute : il peut intervenir et donner sa voix.
Le second rôle du vice-président est de remplacer le président en cas de vacance du pouvoir, comme le président du Sénat en France.


Le choix délicat d'un vice président

Il n’est guère facile de choisir son vice-président car celui-ci ne doit être ni trop présent au cours de la campagne électorale ni trop en retrait. Pour élargir l’horizon de son électorat, bien souvent, le candidat a tout intérêt à choisir un « ticket », avec qui il ne partage pas tout à fait les mêmes idées. Il peut également choisir un « ticket » qui possède des qualités propres à palier ses faiblesses. L’essentiel est de se répartir les rôles : en l’occurrence, le « ticket » doit mettre en avant le candidat, le défendre sans se mettre en avant et attirer à soi les médias. Il se cantonne essentiellement au rôle de second couteau.
Pourtant, les Américains affirment que le choix du « ticket » est primordial puisqu’il influence pour une bonne part leur vote. Le candidat à l’élection le sait d’autant plus que la plupart des vice-présidents se sont ensuite présentés à la présidentielle et ont été élus. C’est le cas, par exemple, de George Bush père en 1988. Plusieurs vice-présidents sont également devenus présidents à la suite du décès, de la démission ou de la destitution du président. C’est le cas, par exemple, de Gerald Ford, qui a remplacé Richard Nixon en 1974 après le scandale du Watergate.


Joe Biden, l'antidote d'Obama contre McCain

Le 23 août dernier, Barak Obama a désigné Joe Biden comme son colistier. La nouvelle a surpris mais a été accueillie avec enthousiasme par les militants. En effet, le sénateur du Delaware est l’ancien rival des primaires de Barack Obama.
Sénateur depuis 35 ans, président de la commission des affaires étrangères, Joe Biden possède une grande expérience de la politique et connaît parfaitement les dossiers qui seront abordés au cours de la campagne. Il est l’allié idéal pour un Barak Obama encore jeune en politique. Il saura comment mettre en difficulté le rival républicain, John McCain. Barak Obama l’a choisi également parce qu’il connaît très bien le Congrès : il pourra donc lui être utile au moment de faire adopter les différentes réformes prévues dans son programme présidentiel.
Enfin, Joe Biden est assez populaire : son drame familial émeut les Américains. Dans un accident de voiture, il a perdu sa femme et sa fille, ses deux garçons sont dans le coma. Depuis près de 35 ans, il ne cesse de leur rendre visite à l’hôpital, faisant la navette chaque jour entre Washington et Wilmington, la capitale du Delaware. Ce geste paternel est perçu de façon très positive auprès des électeurs.


Sarah Palin, le choix surprenant de John McCain

Le choix de John McCain a surpris tout le monde. Vendredi 29 août 2008, devant les militants républicains, le candidat a annoncé que Sarah Palin serait sa colistière. La nouvelle a été reçue avec enthousiasme : Sarah Palin est une femme, de 44 ans, très chrétienne. Grâce à ce choix, John McCain a élargi son horizon électoral : la droite chrétienne s’est ralliée à lui, et les partisans d’Hillary Clinton pourraient trouver en cette femme un motif supplémentaire pour franchir le pas d’un vote républicain. Signe que le choix de Sarah Palin a relancé la campagne des républicains, les donations ont immédiatement augmenté : en deux jours seulement, 7 millions de dollars ont été versés pour financer la campagne.
Après l’annonce du nom de la colistière de McCain, les journalistes se sont intéressés à la personnalité de Sarah Palin et dès le 1er septembre, elle a été au centre d’une polémique : sa fille de 17 ans est enceinte de cinq mois. Cette découverte ne correspond guère à l’image chrétienne que la famille Palin souhaite se donner. Le scandale éclate aussitôt dans le pays puritain et différentes rumeurs courent à présent sur Sarah Palin. Une enquête concernant la démission d’un chef de police mettant en cause la colistière est ouverte. Le rapport de commission d’enquête est prévu seulement quelques semaines avant la présidentielle.
Pour autant, l’attraction que suscite Sarah Palin et les récentes enquêtes d’opinion montrent qu’après les polémiques des premiers jours, le choix de John McCain s’avère payant. Il a relancé la campagne, les deux candidats sont revenus à égalité. Et face à la déferlante Palin, Barack Obama peine à trouver la parade. Dans une élection à l’issue incertaine, le choix d’une vice-présidente va-t-il faire définitivement pencher la balance ?

(http://www.politique.net/)

jeudi 11 septembre 2008

deuxième effet Kiss Cool...

ou plutôt boomerang... voir l'image en cliquant sur le titre.
sacré Ike, il nous revient par le Nord!
Bon cette fois on reste, mais pas d'école demain, c'est fermé. On a rentré tout ce qui risquait de s'envoler et on va rester sagement dans la maison.
Plutôt big le lascar... Il couvre près de la moitié du Golfe du Mexique.

Sa progression quasi en direct live :

vendredi 29 août 2008

GoNorth!


Gustav arrive et nous nous partons!
Lafayette se trouve pas très loin de la côte, donc on risque d'avoir un mardi après-midi agité. Les écoles seront fermées ce jour-la. nous montons au nord pour échapper a la tempête. on va profiter d'un WE prolongé, lundi c'est ferie, c'est le Labor Day, le 1er mai americain. a nous les balades en foret!
il faut savoir que les ouragans perdent de leur force au-dessus de la terre, c'est pour ca qu'il faut aller le plus dans les terres possible. la ou on sera, a 4 heures de la cote, il n'y a jamais eu d'ouragan.
je laisse donc la maison, apres avoir rentre tout se qui risquait de s'envoler, en esperant tout retrouver quand on reviendra! le plus gros risque c'est que le pecanier qui se trouve a cote lui tombe dessus... enfin ses branches.
on verra!

dimanche 10 août 2008

La Rentrée


Les vacances c'est finies... On est de retour aux Stazunis et dans notre nouvelle maison (photos bientôt, quand les cartons seront tous ouverts et RANGÉS).
D'ailleurs c'est sympa d'aménager à la fois sa maison et sa classe... Je change de collègue américaine mais pas de niveau et pas de salle. C'est la PREMIÈRE année que ça m'arrive, je veux dire avoir MA classe 2 ans à suivre! Et c'est plutôt bien, merci. Je mettrais des photos quand ce sera fini, j'ai tout changé la disposition par rapport
à l'année dernière.

lundi 2 juin 2008

JohnMcCain,LeCandidatOubliéDeLaPrésidentielleAméricaine

John McCainLa bataille démocrate entre deux candidats très médiatiques, Hillary Clinton et Barak Obama, a complètement éclipsé les primaires républicaines et celui qui en est sorti vainqueur : John McCain. Pourtant, plus la campagne démocrate s'enlise et plus le candidat républicain semble tirer partie de cette situation au point que de nombreux commentateurs estiment que John McCain sera le prochain président des Etats-Unis.
Qui est vraiment John McCain ? Et comment ce septuagénaire a-t-il réussi à s'imposer comme le favori de la présidentielle américaine ?

Un candidat qui revient de loin

John MCCain n'en est pas à sa première élection présidentielle. Agé de 71 ans, il était le principal adversaire de George Bush lors des primaires républicaines en 1999. Il a fallu attendre les deux mandats de Bush fils pour que McCain puisse de nouveau se présenter à la candidature républicaine. En septembre 2007, 6 mois avant le début des primaires, il était au plus bas dans les sondages et ses comptes de campagne étaient dans le rouge. Avec moins d'un million de dollars, il avait licencié plus de la moitié de son équipe de campagne. Ces premiers mois calamiteux étaient liés aux faiblesses du candidat : très âgé (71 ans), favorable à la guerre en Irak, et ayant des positions jugées trop laxistes en matière d'immigration pour ses amis républicains. Mais en remportant les primaires du New Hampshire, John McCain a inversé la tendance de façon spectaculaire. Les dons ont afflué et les médias sont revenus vers lui.


Un vétéran de la guerre du Vietnam

John McCain est d'abord aux yeux de l'opinion américaine un vétéran de la guerre du Vietnam qui a défendu son pays au péril de sa vie. En 1967, John McCain était pilote de chasse dans l'armée américaine et à ce titre, il a participé à la guerre du Vietnam. Abattu par un missile au-dessus d'Hanoï, il va rester prisonnier pendant plus de 5 ans. A son retour aux Etats-Unis en 1973, John McCain est un héros. Il a notamment raconté dans un livre ("Faith of my fathers") comment il avait résisté aux multiples tortures qu'il avait subies pour ne pas parler à l'ennemi et livré des informations secret défense. Marqué physiquement par cette captivité, John McCain a aujourd'hui une image de patriote courageux.


Un candidat plus au centre que son parti

Sa réussite aux primaires républicaines était d'autant moins évidente qu'il occupe une place à part au sein du parti conservateur. C'est la bête noire des ultraconservateurs de George Bush. Sur de nombreux sujets, John McCain a des positions moins tranchées que l’actuel président des Etats-Unis. Par exemple, il a refusé de voter les baisses d'impôts proposées par George Bush, jugées injustes et trop coûteuses dans un contexte de crise budgétaire. On lui reproche également une loi sur le financement des partis politiques, trop "transparente" aux yeux des ultras. De même, il est considéré comme trop modéré sur les questions liées à l'immigration. Face à ces critiques, John McCain se défend d'être plus au centre que son parti et tente de donner des gages à la branche la plus conservatrice du parti républicain en expliquant par exemple qu'il a toujours été contre l'avortement.


Atouts et handicaps d'un candidat au "parler-vrai"

John McCain a largement gagné les primaires républicaines grâce à son style direct et son "parler-vrai". Accessible, sans langue de bois, il est apparu être le seul candidat à pouvoir ratisser large : des militants républicains aux électeurs indépendants. Cette performance est liée à la nature du personnage : très conservateur sur certaines questions, très modéré sur d'autres. Il plaide pour un assouplissement des règles d'immigration et défend la réduction des émissions de CO2 tout en dénonçant le droit à l'avortement et les mariages homosexuels. Agé de 71 ans, son statut d'ancien combattant plutôt modéré en fait un père de la Nation rassurant dans un contexte de crise économique et de doutes pour les américains.
Dans le même temps, face à Barak Obama, John McCain devra surmonter plusieurs handicaps sérieux. Le premier concerne la guerre en Irak. Si McCain fait tout pour se démarquer de l'administration Bush sur un grand nombre de sujets, il est en revanche sur la même ligne que les ultraconservateurs à propos de la guerre en Irak. Il veut maintenir les troupes, voire les renforcer, pour gagner cette guerre alors que les sondages indiquent qu'une majorité d'américains est désormais contre la poursuite du conflit. Deuxième handicap : son âge. A 71 ans, John McCain aura certainement plus de mal à apparaître comme l'homme du renouveau américain face à un quadragénaire comme Obama. Dernière difficulté : l'attraction des primaires démocrates a éclipsé les primaires républicaines qui ont attiré beaucoup moins d'électeurs. En novembre, il pourrait ainsi être emporté par une vague démocrate qui n'aurait pas faibli. Dans le scénario inverse, il pourrait bénéficier paradoxalement d’une plus grande fraîcheur face à un candidat démocrate affaibli par son propre camp pendant ces primaires interminables. Rien n’est joué donc.

(http://www.politique.net/)

vendredi 23 mai 2008

Blues de l’autre Amérique

Deux documentaires rares

Blues de l’autre Amérique

Dans l’actualité des DVD musicaux, surchargée d’objets sans intérêt, se détachent deux documentaires, véritables périples au cœur d’une autre Amérique, celle de la musique cajun et du blues du Mississippi. Ils nous donnent à voir deux films tournés il y a trente ans. En 1972, Jean-Pierre Bruneau, amateur de musiques américaines, plonge dans les tréfonds d’une culture alors méprisée par les élites (1), celle héritée des Acadiens, réfugiés là après le grand désastre de 1755. « Nous sommes encore trois cent mille descendants directs, mais plus d’un million ici parlent français, assure un robuste fermier avec un accent typique de la Normandie. Le pays cajun, c’est soit le bayou, soit la prairie. En tout cas, c’est pas qu’une histoire de sang. C’est surtout une histoire de traditions ! », assure un autre, pour qui « les gens de couleur ajoutent juste du blues... du poivre ». Les images qui suivent le prouvent : on y retrouve les deux frères Chénier, Clifton à l’accordéon chromatique et Cleveland au frottoir, qui entament un zydeco aux couleurs du blues. Et de chanter « Laisse le bon ton rouley ! », créolisation de l’hymne local Let the Good Time Roll !, dans un bal nègre surchauffé.

L’instant d’après, le même Chénier entame un dialogue en français dans le texte sur la « vie d’antan » avec une grand-mère afro-américaine. C’est l’un des nombreux moments d’anthologie de ce documentaire où la musique sert de fil conducteur à l’immersion dans le quotidien de cette communauté, une intimité portée dans chacune de ces chansons. « Dedans le sud de la Louisiane », comme dit celle qui donne son titre à ces quarante minutes, là où « ils boivent du moonshine et dansent la mazurka ». Là où vivent fermiers et ferrailleurs, cow-boys, métisses et blancs-becs, limite rednecks, tous réunis autour de l’accordéon et du violon à la tombée de la nuit.

Les vétérans du style Alphonse Bois-Sec Ardoin, Bee Fontenot, les frères Balfa, la famille Landreneau, Dennis McGee... y rejouent d’antiques chansons, comme cette berceuse intitulée La Veuve du lac bleu, transmise de génération en génération depuis plus de trois siècles. Ils réinvestissent aussi des traditions un temps jetées aux oubliettes, dont le défilé haut en couleur et à cheval du Mardi-Gras, « pour s’amuser autant qu’on peut avant un carême sérieux ». Et de cavaler, ivres, après un poulet !

Même ambiance dans En remontant le Mississippi, un film signé par Claude Fléouter et Robert Manthoulis à l’orée des années 1970 (2). Cette fois, il s’agit de décortiquer la métamorphose du blues, en refaisant le voyage qui l’a conduit du delta du Mississippi au South Side de Chicago. Du blues rural à son extension électrique, des champs de coton aux chants de prison, en suivant le fleuve qui irrigua toute la culture noire américaine, ils croisent la route de la plupart des héros de cette « musique du diable », dont la plupart ne furent jamais filmés.

« Quand je parle des femmes dans mes chansons, les gens croient que je parle des rapports entre les sexes, mais ce n’est pas toujours le cas. Et quand je parle d’argent, ce n’est pas vraiment d’argent que je parle », confie Brownie McGhee. A chaque fois, les vieux bluesmen chantent leur version du blues et puis donnent entre les lignes leur vision de la face trop longtemps cachée des Etats-Unis. La plupart ont vécu le calvaire de la ségrégation. A l’heure des droits civiques, la parole se libère, même si les réalisateurs doivent affronter la méfiance des Noirs et la suspicion du Federal Bureau of Investigation (FBI), sans oublier les milieux sudistes, qui ne voient pas d’un très bon œil une telle démarche. Ce qui ajoute encore à la valeur du témoignage plein de convictions et d’engagements de Willie Dixon, contrebassiste et producteur qui aura dédié sa vie à cette musique.

Jacques Denis.

(1) Jean-Pierre Bruneau, Dedans le sud de la Louisiane, Cinq Planètes - L’Autre Distribution, France, 2007.

(2) Claud Fléouter et Robert Manthoulis, En remontant le Mississippi, Films Neyrac - Universal, France, 2007.

lundi 19 mai 2008

BarackObama,LesRaisonsDeSonSuccèsAuxPrimairesDémocrates...

Obama, candidat démocrateBarack Obama devrait annoncer mardi sa victoire aux primaires démocrates. En l’espace de quelques mois, le sénateur de l’Illinois a déjoué tous les pronostics et réussi à s’imposer face à celle qui apparaissait comme la candidate incontournable de la présidentielle 2008, Hillary Clinton. Pour rivaliser contre le clan Clinton, Barack Obama a mis en œuvre une stratégie très efficace, loin des discours traditionnels qui tiennent à l’écart les jeunes générations de la politique.

Analyse des raisons du succès de celui qui sera le premier candidat noir à une élection présidentielle aux Etats-Unis.

Un plan médiatique original

Contrairement à Hillary Clinton, quasiment personne ne connaissait Barack Obama il y a trois ans. Il est arrivé discrètement en politique en se faisant élire au Sénat des Etats-Unis en janvier 2005. Contrairement à tout sénateur quelque peu ambitieux, l’avocat Omaba a préféré garder le silence et a refusé de s’exprimer dans la presse. Ce n’est qu’à partir de la fin de l’année 2005 qu’il a accepté de répondre à des interviews dans la presse et à faire quelques interventions à la télévision. C’est parce qu’il s’est peu montré dans les médias pendant une longue période qu’il est parvenu à susciter une certaine curiosité. Face à une candidate connue qui incarne la tradition voire la dynastie Clinton (après la dynastie Bush), Barack Obama incarne une nouvelle ère politique.


Un discours simple et ferme

Contrairement à Hillary Clinton, Barack Obama a envoyé un message simple et clair et a gardé sa position depuis son entrée en politique. Ainsi, dès son élection au Sénat en 2004, Barack Obama a mis en avant ses origines pour expliquer en quoi il est un pur produit de l’Histoire de son pays : de père kenyan et de mère américaine, il a grandi seul auprès de celle-ci. Grâce à son histoire personnelle, Barack Obama a développé ses grands thèmes de campagne : discriminations raciales, injustices sociales…
Par ailleurs, il s’est toujours déclaré hostile à la guerre en Irak contrairement à Hillary Clinton qui, comme tous les démocrates, s’est ralliée à la cause de George Bush et n’a eu de cesse de soutenir l’intervention des américains en Irak. Alors que le choix de Barak Obama pouvait sembler, aux Etats-Unis, risqué dans un premier temps, son audace a payé puisqu’en 2006, l’opinion a fini par réclamer le retrait des troupes américaines. Par conséquent, face à ce revirement soudain, la candidate Clinton a dû non seulement expliquer son engagement pour la cause de George Bush mais aussi les raisons de son changement de position. Cette contradiction lui a évidemment joué de mauvais tours et fait perdre des points face à un candidat conforté dans ses convictions.
Parce qu’il souhaite une politique basée sur l’ouverture et le dialogue, il a l’intention de rencontrer les dirigeants des pays en conflit avec les Etats-Unis comme la Corée du Nord, l’Iran, Cuba et le Venezuela. Contre toute attente, les sondages ont montré que les Américains avaient envie de rompre avec cette image trop rigide et intolérante de leur pays.


Une équipe efficace

Pour parvenir à remporter les primaires démocrates, Barack Obama s’est, bien entendu, entouré de conseillers politiques, permettant à tout candidat de lancer de grosses machines de guerre capables de broyer les adversaires à coups de manigances et de stratégies en tous genres. Le candidat s’est également entouré de personnes issues de différents milieux. Son bras droit est un ancien journaliste de Chicago, David Axelrod, qu’il a rencontré quand il était militant. Son équipe se veut accessible et réactive. Hors de question pour elle de laisser gonfler une polémique ou de passer sous silence un événement important. Dès qu’un fait marquant surprend le clan Obama, le candidat recourt au discours public pour se défendre ou informer ses concitoyens de sa position.


Des réseaux d’influence

Contrairement à Hillary Clinton, Barack Obama n’a pas de réseaux d’influence prestigieux. Il n’a pas non plus de fortune personnelle ni de nombreux amis riches prêts à lui prêter la somme de 4 600 dollars, montant maximum autorisé par personne pour financer une campagne présidentielle. Il a donc dû trouver d’autres systèmes pour résister à l’adversité. D’abord, il est parvenu à se rendre très populaire auprès des jeunes générations. Dès 2006, des mouvements locaux défendant sa candidature se sont organisés de façon spontanée dans les lycées comme dans les universités. Les écoles ont voulu le recevoir et écouter ses discours plus modernes et porteurs que ceux des candidats précédents. Il est parvenu à se créer des réseaux via Internet et les mouvements militants. Pour pouvoir faire front à son adversaire fortunée, Barack Obama a proposé aux internautes de lui venir en aide financièrement et de donner quelques dollars pour soutenir sa campagne. Au final, Hillary Clinton est endettée de 15 millions de dollars tandis que Barack Obama est parvenu à amasser davantage de dons qu’elle et a mieux gérer ses dépenses. Le succès aux primaires, c’est aussi une question d’argent.

(http://www.politique.net/)

dimanche 11 mai 2008

plus que 2 semaines!!!

La fin de l'année approche à grands pas, et il faut encore faire plein de choses et déjà penser à la rentrée prochaine!
Souvenez-vous, j'avais expliqué que lorsque je suis arrivée dans ma classe, tout le mobilier était empilé dans un coin et tout le matériel en carton. Eh bien, c'est maintenant à moi de faire ça! En effet, c'est "grand ménage" pendant l'été: les sols sont cirés ( ce qui fait qu'il y a des vestiges des années précédentes engluées pour la postérité, agrafes, poussières,...). Donc il faut tout ranger et tout pousser dans un coin , pour tout remettre début août!
Et puis avant la fin de l'année il y la remise des "diplômes" de fin de Kindergarden, avec petit spectacle. Mais vu que je n'étais pas au courant, eh bien on va juste chanter les chansons apprises pendant l'année... Et puis tous les papiers de fin d'année... avant de faire ceux de début d'année...
Chaque année il y a un thème de déco pour toute l'école, cette année c'était le jardin, donc il y avait des fleurs et des papillons partout, c'était sympa. À la rentrée, ce sera "White, Blue, Read" (quel jeu de mot!), pour cause d'élection bien sûr et de J.O. aussi. Donc il va y avoir du patriotisme dans l'air et des drapeaux PARTOUT!!! Déjà que je connais le Pledge par coeur maintenant...
Mais bon avant la rentrée d'août, il y aura 2 mois de vacances. Back in France, histoire de voir tout le monde. Pourvu qu'il fasse beau, autrement on va avoir froid! La concurrence est rude avec la météo d'ici!

mardi 6 mai 2008

FestivalInternationalDeLouisiane...

Du 23 au 27 avril, en plein Downtown de Lafayette, se déroulait le Festival International De Louisiane (http://www.festivalinternational.com/site.php).
Le centre-ville historique de Lafayette se transforme en un immense spectacle de divertissement avec six scènes de musique, de la cuisine, des musiciens et des animateurs de rues, des boutiques d'arts, des galeries d'arts, des ateliers culturels, des démonstrations de cuisine internationale et un magasin de musique internationale.
Il s'y produit des groupes essentiellement de pays francophones.
Tout le festival est gratuit, et ça c'est vraiment cool...
Nous sommes désolé de ne pas avoir plus de photos à vous montrer, mais nous avions oubliez notre appareil...
Vous pouvez voir, dans l'ordre, les "Hardrive Alien Jumpers" (U.S.), "MOOV" (Martinique) et "Burning Spear" (Jamaïque), ainsi que Salomé à son premier festival et Céline avec un langue de martien...

lundi 5 mai 2008

PrésidentielleAméricaine:LesPrimairesDémocratesS'Enlisent...

Clinton et ObamaEn janvier, lorsque les primaires démocrates avaient débuté, personne n'avait imaginé que le candidat ne serait pas encore connu au mois de mai. Pire, il est maintenant certain qu'aucun des deux candidats démocrates n'obtiendra la majorité requise, 2025 délégués, et que le choix final aura lieu au mois d'août lors de la convention démocrate. Cet enlisement pourrait profiter au camp démocrate qui a désigné depuis maintenant plusieurs semaines, John McCane, comme possible successeur de George Bush


Obama/Clinton : aucun des deux ne veut lâcher
Hillary Clinton était largement favori avant le début des primaires. Barack Obama a réussi à renverser la tendance sans toutefois éliminer définitivement sa rivale dans la course à la maison blanche. Pour l'instant, les deux candidats sont au coude à coude, avec une légère avance pour Barack Obama. Mais Hillary Clinton a remporté la primaire de Pennsylvanie, cette semaine, montrant ainsi que le parti démocrate était définitivement divisé en deux camps de force égale.

Aucun des deux candidats ne veut lâcher prise. Barack Obama est en tête par le nombre d'Etats remportés, par le nombre des délégués envoyés à la convention démocrate et par le nombre de voix. En outre, il distance très largement Hillary Clinton dans les sondages en cas de duel contre le candidat républicain, John McCane. Mais la candidate démocrate refuse d'abandonner et conteste la légitimité d'Obama : elle fait valoir qu'elle a remporté tous les Etats les plus peuplés, notamment les Etats clés où républicains et démocrates sont à égalité. Sachant que Barack Obama n'obtiendra pas la majorité des délégués à l'issue des primaires, elle veut donc rester en course jusqu'en août.


Des primaires qui s'éternisent et alourdissent le montant de la facture

La prolongation de ces primaires pose plusieurs problèmes : d'une part les démocrates se déchirent, d'autre part, ils dilapident leur trésor de guerre au point que le parti démocrate s'inquiète de sa situation financière avant même que la vraie campagne présidentielle ne débute. Selon les derniers comptes de campagne**, Hillary Clinton est pratiquement en cessation de paiement. En mars dernier, elle a réussi à lever 21 millions de dollars mais en doit 10,3 millions. Selon les estimations, il ne lui reste plus que 9,3 millions de dollars pour la fin des primaires. De son côté, Barack Obama continue d'enregistrer des dons record avec 43 millions de dollars récoltés en mars. Il aurait encore 51 millions de dollars disponibles. Rien qu'en Pennsylvanie, il a dépensé près de 9 millions de dollars en publicité.
Ces chiffres record inquiètent le parti démocrate car tous ces fonds utilisés sont autant de liquidités en moins pour la campagne présidentielle à proprement parler. Les deux candidats sont en train d'épuiser toutes les réserves en termes de liquidités si bien que les démocrates pourraient être contraints de faire une campagne à minima, contrairement aux républicains dont le candidat John McCane est déjà en campagne active pour l'élection présidentielle.


Les Super-délégués vont devoir trancher en août

Face à l'enlisement des primaires démocrates, il apparaît aujourd'hui certain que les 796 super-délégués seront les arbitres de ces primaires. A défaut d'avoir réuni le nombre de délégués suffisants (2025), Barack Obama et Hillary Clinton ont donc entamé leur travail de lobbying auprès de ces super-délégués. Le rôle de ces derniers n'aura jamais été aussi important. A l'origine, le candidat à l'élection présidentielle est désigné en fonction du vote des militants démocrates à travers deux types de scrutin (Primaires et Caucus). A chaque scrutin, le vainqueur obtient un nombre de délégués qui le représentera lors de la convention du mois d'août qui désignera le candidat. Sauf que dans ce système complexe, il y a 796 super-délégués, qui sont désignés d'office et libres de voter pour n'importe quel candidat. Pour l'heure, Barack Obama a davantage de soutiens parmi les super-délégués qu'Hillary Clinton mais environ 250 super-délégués ne se sont pas encore prononcés pour l'un ou l'autre des deux candidats.


Pendant ce temps, John McCane est déjà en campagne...

Pendant que les démocrates se déchirent, le candidat républicain est campagne. Depuis plusieurs semaines, il a entamé un grand tour de l'Amérique en menant une campagne de terrain. A défaut de pouvoir s'appuyer sur un bilan jugé très négatif de l'administration Bush encore au pouvoir, le candidat républicain mise sur une campagne de proximité et espère pouvoir rallier à sa cause les déçus du camp d'en face qui ne verront pas leur favori désigné. Convaincu d'être confronté à Barack Obama en novembre prochain, John McCane multiplie les attaques contre le sénateur de l'Illinois en reprenant une partie des arguments utilisés par Hillary Clinton contre lui.
C'est toute l'ambiguïté des primaires démocrates aujourd'hui : plus elles s'éternisent, plus les militants démocrates sont mobilisés et plus le parti apparaît divisé. Les oppositions se durcissent et un ticket Obama/Clinton est désormais inconcevable. Cet enlisement pourrait profiter au candidat républicain.

Prochaines primaires démocrates : Caroline du Nord et Indiana, le mardi 6 mai

(http://www.politique.net/)

mercredi 16 avril 2008

mercredi 9 avril 2008

ÇaFaitCauser...

De Boston à Atlanta en passant par Washington ou Miami, du Texas au Massachussetts, les incidents violents qui ont émaillé le parcours de la torche olympique à Paris étaient mardi 8 avril à la Une de la plupart des grands quotidiens américains.

Washington Post (Washington)





Miami Herald (Miami, Floride)



Star Telegram (Fort Worth, Texas)



San Francisco Chronicle (San Francisco, Californie)


Boston Globe (Boston, Massuchussetts)


Orlando Sentinel (Orando, Floride)


Star Tribune (Minneapolis, Minnesota)



samedi 29 mars 2008

Petit concours rigolo...

C'est un truck, OK, facile, mais qu'est-ce qu'il a de particulier ? Regardez bien...













La classe, hein?